Les vies antérieures: un outil de libération

vies antérieures

Le paysage que j’aime l’Irlande, ses brumes, ses collines défile devant mes yeux. Je vois une jeune femme rousse pleurer. Lors d’une séance d’hypnothérapie, la bibliothécaire Gaëlle, 47 ans, a raconté avoir été abordée sur un ponton avec l’intention de se noyer. .

Cette femme est moi et pas moi en même temps. Je suis complètement un avec elle et je ressens sa douleur. « Pourquoi veut-elle que ça se termine ? » demande son thérapeute. « Votre mari, qui était marin, a été perdu en mer », répond Gaël. « Que pouvons-nous faire pour la sauver ? » demande à nouveau Shrink. « Je vois un enfant courir vers elle, elle. « Ce jour-là, Gael a également quitté la thérapeute le cœur heureux et la tête pleine de rires d’enfant. Déprimée inutilement depuis la naissance de son fils, elle a été mise en hypnose et en relaxation profonde aussi longtemps qu’elle le souhaitait. » travail de régression mentale basé sur ce que mon thérapeute appelle la « thérapie karmique » ou “karma thérapie”, qui consiste à voyager à travers des vies antérieures pour résoudre des problèmes actuels. Certains disent qu’ils regardent un film se dérouler sous leurs yeux. D’autres ressentent plus qu’ils ne voient. La conscience reste claire, planant dans un état intermédiaire entre la veille et le rêve, juste avant de s’endormir. L’esprit vagabonde librement parmi les émotions, les sensations et les images mentales. « Nous ne déménageons pas soudainement dans un autre endroit, une autre fois », explique Gaël. C’est comme écrire un script morceau par morceau. En fait, nous observons en tant que voyageurs, en tant que voyageurs dans le temps. Par conséquent, vous avez besoin d’un bon guide. Mais après de nombreuses expériences, vous pouvez vous auto-hypnotiser seul chez vous avec une musique relaxante. »

 

C’est euphorique et poétique

L’idée de revivre une vie passée dans le bureau ou le salon d’un thérapeute est assez déroutante. Raison dit : Mais le rêveur parmi nous murmure : « Et si c’était vrai ? » Croire est grisant et poétique. Sonia, 49 ans, assistante administrative qui a aussi suivi une thérapie, explique : « Au lieu d’analyser les symptômes de l’histoire familiale, j’ai rencontré un « malédiction » multigénérationnelle qui m’a bien servi. » Je me voyais différemment et j’ai changé et cela m’a fait réaliser que je pouvais changer. Comme il est réconfortant de penser que nous nous retrouvons les uns après les autres avec les êtres que nous aimons.

« Cette idée ne m’a pas soutenu quand ma mère est morte, avoue Jeanne, 32 ans, fleuriste. L’amour est plus fort que la mort… La curiosité croissante des thérapeutes et des patients pour les régressions des vies passées rejoint l’intérêt actuel pour le bouddhisme. et la spiritualité orientale. » Mais cela n’affecte pas seulement les spiritualistes et les croyants. Les « matérialistes » avides n’hésitent pas à l’essayer. Véhicule l’idée que même face aux enjeux existentiels soulevés par la crise, nous faisons partie d’un tout plus vaste et que la mort n’est qu’un chemin vers une nouvelle existence. En France, la karmathérapie elle-même n’existe pas. Elle est pratiquée par des hypnothérapeutes et des énergéticiens qui placent les patients dans des états profonds de relaxation ou les invitent à la méditation pour les aider à trouver des connexions moins conflictuelles avec leur corps et leurs émotions. L’énergéticienne Mima Salloum s’est rendu compte un jour qu’elle comprenait mieux les problèmes de ses patients lorsqu’elle les voyait comme de jeunes hommes vêtus d’habits du XVIIIe siècle. Parmi les pionniers de cette façon de travailler figurent les physiciens de formation Patrick Drouot, Gilles Guattari et Denise Desjardins. Ils parient sur un « mensonge ». Même Miriam Bourse et son élève, Frans Ragneau, ont noté que les souvenirs de nos vies antérieures sont enregistrés dans nos cellules dans une sorte de « mémoire cellulaire ».Lise Bartoli utilise la régression basée sur les idées de Jung sur l’inconscient collectif. En fait, pour Jung, l’inconscient abrite les vestiges du passé le plus lointain de l’humanité et de ses croyances ancestrales. En fait, de nombreux thérapeutes formés à l’hypnose pratiquent ces régressions.

 

 

Un guerrier indien

Pendant ce temps, aux États-Unis, notamment en Californie, la thérapie par le karma ne choque plus personne. L’une de ses patientes, Catherine, a utilisé l’hypnose pour décrire des scènes qui auraient eu lieu au Moyen-Orient il y a environ 4 000 ans, et a été guérie de phobies et d’attaques de panique, à tel point qu’elle est devenue psychiatre.L’hypnothérapeute Brian Weiss l’utilise fréquemment. . Au fil des ans, j’ai entendu des hommes et des femmes parler des langues étrangères et raconter des faits qu’ils ne devraient pas connaître. Preuve de son opinion sur une vie antérieure. Initialement, rien n’a adopté une telle approche pour les psy orthodoxes qui ne croient pas à la réincarnation. Aujourd’hui, il prétend que les scènes vécues sous hypnose sont des souvenirs d’êtres passés qui déterminent les symptômes et les choix présents. La fascination de Wyeth pour l’Irlande est probablement due au fait qu’il y a vécu, que ce soit les sables du désert ou les montagnes enneigées. Les questions qui amènent les patients à la karmathérapie sont les mêmes qui les amènent à de simples psychothérapies ou à des ateliers de développement personnel.

L’employée de bureau Salomé, 48 ans, les a utilisés pour faire face à des accès de colère incontrôlables. Réalisée par Patrick Drouot, elle se retrouve dans la peau d’une guerrière mongole ivre de rage après avoir perdu sa meilleure amie au combat. « J’ai pu revivre en toute sécurité cette colère désespérée dans une salle de thérapie. Et cette décharge émotionnelle m’a libérée. Des années plus tard, avec une hypnothérapeute, elle m’a de nouveau fait confiance pour prendre une décision difficile : j’ai quitté mes parents et je suis allé au campagne et je suis devenu enfant unique, cette fois j’étais un guerrier indien qui hésitait à fuir ou à combattre sa tribu. . C’est en fait une traduction fictive de ma propre situation. Je montrais un conflit de loyauté. J’ai continué à me sacrifier pour les autres et ma famille, et j’ai osé être un peu plus égoïste. Depuis, ces questions de conscience ne me tourmentaient plus. Sage-femme, Jeanne, 38 ans, voyage dans le temps pour tester le bien-fondé de ses choix de carrière. « En trois séances, j’étais un médecin désemparé parce que sa femme souffrait d’une maladie en phase terminale, puis un aristocrate égyptien pleurant la perte d’un enfant décédé faute de soins appropriés. Enfin, lors de la dernière séance, c’était mon thérapeute qui me voyait comme un chaman emprisonné par un tyran jaloux de ses propres secrets. J’ai pleinement embrassé cette vision, et sachant qu’il l’exploiterait, j’ai résisté à ce tyran de toutes mes forces.»

 

J’avais tout oublié, mais après quelques années…

Son parcours hypnotisé révèle qu’elle tient à son métier, qu’elle doit persévérer même quand la médecine peut mener à la mort, et qu’elle sauve toutes les vies.Dans la psychanalyse classique, ces régressions sous hypnose sont des mises en scène de soi qui fonctionnent pour donner du sens en s’évader du quotidien. Peu importe que nos conflits intérieurs soient transférés à la Chine, à l’Égypte ancienne ou au Moyen Âge. La psychothérapeute Marie Corsell affirme : « Ce sont les constructions mentales qui nous permettent d’inventer le but de la libération. » Elles offrent une autre étape, l’espace de la transformation. Et le thérapeute rappelle : Avant d’abandonner car les symptômes sont revenus rapidement. Pourtant, certaines expériences sont troublantes. « Je marchais dans la rue quand le vent sentait le magnolia », se souvient Julia, 39 ans, éleveuse de chèvres. Immédiatement, j’ai eu l’impression d’être projetée dans une autre dimension et reproduite. En 1895, je me suis retrouvé dans une maison à la Nouvelle-Orléans avec un grand magnolia dans le jardin. C’était une vieille dame qui marchait avec une canne. J’ai ressenti la dureté de sa (ma ?) personnalité, son (mon ?) impuissance, ses (mes ?) os endoloris, la texture de ses (mes ?) vêtements. Je m’appelle Anastasia et mon nom de famille commence par S. En tout ça a duré 5-6 minutes. Et j’ai oublié. Des années plus tard, j’ai été attiré par un ancien marché aux puces. Mes yeux se posent sur le bâton. Je l’ai immédiatement reconnu comme étant Anastasia. Ses initiales étaient gravées sur le pommeau. S. » Est-ce une pure coïncidence ?

 

 

Laisser un commentaire